Ardolon Validé


Ardolon

25 ans

Rito

Homme

GoldenRod


Fort d'une expérience riche en imprévus, de son habitude à attirer les ennuis et d'un goût prononcé pour l'inconnu, le piaf prend un plaisir toujours renouvelé à subir les intempéries de la fortune. Combattre n'est pas une question de survie pour Ardolon : c'est un défi constant et quand l'affrontement se profile, il est dans son élément.

L'arme première de l'aigle est son arc. Grâce à son excellente vue, et sa pratique assidue, il frappe avec précision mais il n'aime pas cette façon de combattre, qu'il juge trop lâche. Contrairement aux autres ritos, Ardolon préfère compte non pas sur la vitesse, mais sur la force pure. Il est habitué à retourner contre eux l'équipement de ses opposants, et n'hésite pas à utiliser l'environnement à son avantage. La finesse ? Pourquoi faire ? Impulsif, brutal, bestial dès que l'adrénaline le gagne, sa furie est souvent fatale. Il compense son inexpérience avec certaines armes par une extrême violence. Son ire, incontrôlable, le plonge dans un délire ineffable.

Lorsqu'il recouvre ou garde son flegme, il n'hésite pas à ourdir des pièges. Il utilise aussi la puissance de ses ailes pour surprendre ses opposants et ses griffes n'en sont pas moins terrifiantes car leur tranchant acerbe est l'arme primaire des piafs. Les surfaces les plus résistantes pourront s'en prémunir mais certaines espèces n'ont pas cette protection. Contre les ennemis pourvus d'un point faible évident, les serres sont d'autant plus funestes qu'elles sont le prolongement du corps du rito et qu'étant capable de voler, ils peut attaquer depuis des angles inopinés.

Pour autant la morphologie des oiseaux n'est pas sans failles car leur ossature est plus fragile que celle d'autres races, ce qui constitue une évidente lacune à qui les a déjà combattus. Ce n'est qu'avec une armure et au prix d'une protection adéquate qu'il pourra combattre avec des armes dignes de sa race aquiline.


Pour un rito, Ardolon est loin d'être malingre : sa taille surpasse la plupart des siens et sa musculature est durcie par un exercice quotidien. Dépassant allègrement les deux mètres, il reste un peu moins grand que certaines gérudos, notamment Beterah, mais de très peu, Son envergure quant à elle dépasse les trois mètres et semble d'autant plus menaçante lorsqu'il étend ses membres ailés. Grâce à sa taille, il apparaît imposant et joue de cette intimidation contre les flagorneurs et les imposteurs.

S'il est peut-être moins à l'aise dans les airs que d'autres ritos, à cause de son poids, il n'en demeure pas moins vif dans ses gestes. À cause de cela, il peut lui arriver d'être quelque peu maladroit. Toutefois son allure témoigne d'une fierté bien connue chez sa race, même s'il est bien plus habitué à marcher que ses semblables.

Le plumage d'Ardolon est composé principalement de deux couleurs : majoritairement bleu nuit, ses extrémités sont d'un rouge cramoisi ainsi que le dos de ses ailes. Pour cette raison, il porte des vêtements sombre ou saphir avec des accessoires vermeille, en particulier un foulard et une ceinture.
Quiconque le rencontre constate aussi l'hétérochromie de ses iris car si l'un est céruléen, celui de gauche est... Pourpre. Lorsqu'il vous voit d'un mauvais œil, vous le saurez donc très rapidement !

Pour autant, il n'est pas dans le rapport de force perpétuel et, au contraire, admire les autres races capables de s'exprimer par la force de leur charisme. Même physiquement, Ardolon n'utilise pas sa carrure pour écraser ceux qu'il estime dignes et, au contraire, est capable de se mettre en retrait dans un groupe. Il préfère d'ailleurs prendre une place à part qu'être au centre de attentions quand tout se passe bien...

... Mais les choses ne se passent jamais aussi bien que prévu, avec lui.


Soyons clairs : pour un piaf, Ardolon est brutal. Il aime que les choses aillent vite et apprécie assez peu les faux-semblants. Les marques d'autorité ou de prestige le laissent indifférent et il prend plaisir à tester les compétences de ceux qui l'entourent. S'il peut paraître arrogant, ce n'est pourtant pas de la condescendance ; il croit au contraire que chaque individu porte en lui un potentiel immense. L'atteindre devient alors une responsabilité aux yeux du rito qui admire ceux capable de fournir les efforts à la hauteur de la tâche... Et qui méprise ceux incapables d'y mettre les moyens.

Son premier trait de caractère est par conséquent un attrait presque symptomatique pour les dangers et périls en tous genres. Il s'épanouit dans la difficulté et plus il risque sa vie, plus il s'acharne pour se dépasser. Cela ne le rend pas invincible - loin s'en faut -, mais en fait un adversaire redoutable. Ou un allié imprévisible ! Gare à qui le croit quand il se dit "seulement" téméraire...

On peut cependant lui reconnaître sa grande honnêteté car il ne revient pas sur ses engagements : à parole donnée, loyauté acquise. C'est aussi ce qui en fait un camarade agréable car sa franchise emporte une bienveillance désinvolte. Il n'hésite alors pas à pousser les autres à réussir, avec force flatteries... En lesquelles il croit sincèrement ! Le plus souvent, elles font d'ailleurs office de prophéties auto-réalisatrices. Ou elles essaient de l'être.

La bonne humeur d'Ardolon cache une facette bien plus réfléchie de sa personnalité car contrairement aux apparences, c'est un fieffé observateur ; repérer les intentions des autres a longtemps été une nécessité critique pour lui et il a du mal à donner entièrement sa confiance, surtout aux autres races.

Ce que poursuit Ardolon n'est pourtant pas un idéal de bonheur ni de tranquillité. Savoir est son aspiration la plus obsessionnelle et depuis qu'il a perdu ses amis les plus proches, il est pris d'une envie presque maladive de comprendre le monde et tout ce qui l'entoure, en particulier l'origine de celui-ci.

Sous l'influence de ses expériences passées, il collectionne des adages comme autant de balises qu'il estime tracer son chemin. Elles lui permettent de comprendre et d'anticiper la façon dont les autres raisonnent mais cette quête de vérité lui donne parfois une allure de fanatique. Rejetant l'idée même que les déesses puissent exister par d'autres artifices que l'allégorie, il veut diffuser une religion qui place l'individu et son influence au centre de toutes choses, ce qui lui impose aussi d'être responsable même de ce qu'il ne maîtrise pas.

Là est la limite de sa courtoisie : quiconque ose abandonner trop vite ou se laisse manipuler n'est pas digne d'être suivi ni entendu. Ses incitations, parfois peu subtiles, à s'affranchir de telles automatismes moutonniers font partie d'une philosophie qu'il compte bien développer et dont il garde une trace dans un carnet (voir l'inventaire) .


[Codes couleurs : Père d'Ardolon - Ardolon - Personnages importants - Personnages divers]
☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆

À découvert et trop fatigué pour voler, le jeune rito fut forcé de toucher terre. Là, il comprit bien vite l'impérieuse nécessité d'être un archer accompli. S'il arma prestement son arc, ses flèches furent bien loin d'être précises. Celle qui volait en sa direction, quant à elle, ne manquerait pas sa cible.
Comment Ardolon avait-il pu se retrouver dans cette situation ? Comme trop souvent, il avait agi sans réfléchir... Dédaignant les présents de la fortune, il avait jusqu'alors refusé faire tout effort pour s'endurcir ou se former. Face au danger pourtant, il avait senti l'importance d'un entraînement drastique. Si seulement il avait pris le temps - celui-là même qui lui manquait tant - d'aiguiser les qualités innées de sa race !
Tout était parti d'un désir fébrile de liberté.

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆
Quelques temps auparavant.

« Si tu baisses la tête, la tiare risque de choir. »

Reconnu comme une sorte de chef par ses pairs, le parent d'Ardolon était blessé dans sa fierté mais pas autant que l'enfant n'était écorché par la gêne. Le fouet de la vindicte paternelle, toutefois, portait l'ombre d'une leçon, laquelle était pleine de l'affection d'un père... Ou ne l'aurait été s'il ne devait pas faire de sa progéniture un exemple : en tant que chef de village, il en avait le devoir.
Mais le devoir, ce n'était pas vraiment l'aspiration suprême d'Ardolon. L'irresponsable avait manqué les entraînements à l'arc et quand fut venu le temps de comparer les jeunes piafs, il avait voulu y aller au talent. Comment aurait-il pu avoir une chance, face à ses frères qui ajoutaient à leur aisance naturelle une centaine de portions d'efforts ?

« C'est une coutûme stupide, je n'ai aucune raison de me... »

Claqué si fort qu'il en tomba, le petit rito se leva aussitôt seulement pour affronter le regard noir d'une autorité effrayante.

« JE décide quelles coutumes sont dignes. Au demeurant, tu n'as ni le droit ni la crédibilité pour la juger. Notre survie à tous repose sur la chasse et sans savoir manier l'arc, tu ne seras qu'un poids pour le village.
- Mais...
- Il n'y a pas de "mais", pas plus que tu ne peux t'arroger un quelconque passe-droit. »

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆

Plusieurs heures s'étaient écoulées depuis les remontrances qu'il avait subies et Ardolon était tout aussi déprimé. Les premiers mots, imprimés au plus profond de son esprit, l'avait marqué d'autant plus qu'il avait senti l'immense déception de son père. Le reste de leur tête-à-tête n'avait pas été plus affectueux. Parce qu'il était le fils du chef de son village, il lui était interdit de laisser s'émousser ses prédispositions. Toutefois Ardolon n'y voyait qu'une malédiction. Il s'était résolu à s'enfuir quand son patriarche avait conclu que « plus grand est notre potentiel, plus vastes sont nos devoirs ; tu n'as pas le droit d'ignorer ton héritage. »
Or rien n'attirait le jeune piaf plus que ce qui lui était prohibé.

Dès le lendemain, il avait voulu s'éloigner pour prouver sa valeur. Il suffisait d'abattre des proies avec un arc, c'était bien plus facile que de viser des cibles immobiles ! Délicieusement dangereuse, l'adrénaline aiguisait ses sens et volant à travers la nature, il lui semblait être en terrain conquis.
Mais ses certitudes se retournèrent bientôt contre lui et, manquant ses proies, il fut bientôt chassé par des bokoblins. Les premières flèches sifflèrent au-dessus de sa tête, grâce à une esquive miraculeuse, mais le bruit alarma d'autres bokoblins situés dans le vallon vers lequel il escomptait fuir. Sans l'abri des branchages et des ramilles, le piaf courait un risque bien plus grave !
À découvert et trop fatigué pour voler, le jeune rito fut forcé de toucher terre. Là, il comprit bien vite l'impérieuse nécessité d'être un archer accompli. S'il arma prestement son arc, ses flèches furent bien loin d'être précises. Celle qui volait en sa direction, quant à elle, ne manquerait pas sa cible.
Le temps lui sembla ralentir cependant qu'il entendit la réminiscence de son père :
« sans savoir manier l'arc, tu ne seras qu'un poids pour le village ! » Quelle débâcle...

Alors qu'il pouvait observer chaque détail de la flèche qui filait vers sa tête, il vit un projectile plus rapide encore percer le funeste trait qui allait le tuer. Quelqu'un venait de le sauver et à sa grande surprise, les bokoblins furent éliminés en un clin d'oeil. Les mots s'étouffèrent dans sa gorge sous le poids du choc, pourtant il savait qu'une telle précision ne pouvait être que celle de...
Une gamine ? La petite piaf qui lui sourit n'avait pas la mine d'un archer qui venait de réaliser l'exploit auquel Ardolon devait sa vie. Elle lui parut si magnifique qu'il cru à une chimère de son esprit, mais les sublimes traits de son visage peignirent très vite une impatience scandalisée. Il aurait pu remercier la rito avec force gratitude ! Au lieu de ça, il la dévisageait benêtement.

« Est-ce que tu... Es un ange ?
- Je sais pas mais toi, t'es pas une lumière... Ni un expert de la visée ! »

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆

Ardolon avait été sauvé par un village voisin de ritos. Les mois qui passèrent furent parmi les plus trépidants de ses printemps juvéniles parce qu'il s'était trouvé un objectif passionnant. Celui d'être un "expert de la visée" si brillant que ses sentiments ne pourraient qu'être réciproques. Il pensait en permanence à celle qui l'avait sauvé, que s'il était assez doué, peut-être qu'elle l'aimerait.
Nonobstant ses rêves, une vie bien plus prosaïque défila au rythme des saisons. Même s'il pensait sans cesse à elle, son quotidien était parmi les siens et bien loin de sa bien-aimée. Ardolon ne revit guère la belle piaf et lorsqu'il apprit que sa tribu itinérante ne reviendrait peut-être jamais, il rechuta dans l'amertume.

« Tu es trop jeune pour partir ; car il n'y a pas de vents favorables à qui ne sait pas où se rendre ! »

Mais que pouvait faire la sagesse d'un père face à la détresse d'un rêve dissous ? Prohiber sa folie serait stérile car la folie, peut-être, était de répéter la même mégarde en croyant qu'elle trouverait un résultat différente. À sa dernière fugue, le rito avait presque subi une mort fulgurante... Cependant les interdits ne l'empêcheraient pas de risquer sa vie bêtement. Il devait apprendre. D'ailleurs, son fils n'avait pas l'étoffe - ni la volonté - d'être un meneur décent. Mais si la fortune le guidait, peut-être qu'il reviendrait avec un semblant d'autorité ou du moins en ressortirait assez responsable pour apprendre à diriger.

« Soit. Tes ailes ont toujours été trop éprises de liberté pour rester avec nous. Peut-être que tu as juste besoin d'une motivation pour apprécier notre vie en société, tonna la voix altière du chef, non, d'un père sévère quoiqu'inquiet. J'ai foi en ton retour parmi nous, car après tout, là où croît le péril s'épanouissent aussi les combatifs. Or tu es un battant, car tu es mon fils. »

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆

Il avait tenu trente-six heures et si par miracle un refuge lui avait permis de dormir sereinement, tel n'était plus le cas maintenant. Tandis qu'il massait l'une de ses ailes, Ardolon lâcha un juron. Son carquois était vide et même ses réserves de nourriture s'amenui... N'était plus qu'un souvenir. L'endurance lui manquait tant qu'il ne sentait pas même la fatigue l'emmitonner de ses sarments léthargiques.
Craquements.
Le jeune piaf sursauta, manqua se vautrer et encocha, à son arc... Pas de flèche.

« Tu es si stupide que je peine à te distinguer des bokoblins... Espères-tu vraiment survivre ? »

Dans le silence vespéral, Ardolon pouvait entendre la voix mais aussi le dépit dans celle-ci. Pire, il lui était impossible de localiser l'origine de la menace.

« Je te propose un petit jeu... Si tu parviens à me toucher, je t'offre mon aide. Mais si jamais tu t'endors avant, tu risques de ne plus avoir grand-chose sur toi à ton réveil ! »

Comment osait-il ? ! Le rito s'empourpra de colère, pourtant il ne tenta pas de s'envoler. Vulnérable, affaibli et incapable d'identifier l'ennemi, il devait réfléchir.
Lorsqu'une lame frôla sa joue, il comprit qu'il devait réfléchir très vite.

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆
Juste après le départ d'Ardolon, dans la maison familiale...

« Mes services ne comprennent pas la garde d'enfants.
- Alors fais-en ton esclave, je m'en moque. Il doit apprendre et s'il faut pour cela qu'il frôle la mort, alors qu'il en soit ainsi.
- Je refuse. C'est trop compliqué. Il pourrait s'enfuir et mourir seul, ou même se montrer trop fragile, ou... »

Un glatissement assourdissant interrompit la négociation.

« Mon aîné est déjà décédé. »

La liberté est parfois un fardeau que certains ne peuvent pas supporter. Peut-être que son fils aîné n'était pas un piaf à l'esprit aussi convenable qu'au physique athlétique... Mais l'intelligence suprême est de survivre et cet unique épreuve de la nature était celle que devrait réussir Ardolon. Bien qu'il redoutait cet échec plus que tout au monde, son père s'en remettrait.
Bien plus, en tout cas, que de l'observer, jour après jour, se vautrer dans la médiocrité.

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆

Un glatissement assourdissant interrompit la négociation.

« J'espère que tu es à la hauteur de tes prétentions !
- Comment ? ! »

Tempérant sa colère, Ardolon se focalisa entièrement sur son ouïe. Pour l'instant, l'étranger n'avait pas bougé - il l'aurait entendu, dans la quiétude virginale de la nuit. Mais au fur et à mesure qu'il se concentrait, divers soubresauts parcouraient la forêt dans laquelle il se trouvait. Les spectres de son esprit, pareille à la mélodie d'un rêve, se tahissaient en mille bruits hostiles et pervers qui se mêlaient aux périls de la nature. Ces chimères n'étaient pas qu'une machination de son imagination : d'avides prunelles luisaient et présageaient qu'il ferait peut-être un agréable repas.
Quelles étaient les probabilités qu'il ne triomphât d'un seul d'entre eux ? Faible, très faible à cause de son état et de son équipement. Mais quelque chose, dans cet impossible rapport de force, l'excitait au plus haut point. Ses bras étaient puissants mais il ne pouvait pas risquer l'affrontement ; pourtant il s'empara d'une pierre et, comme si l'enfer ne s'éveillait pas tout autour de lui, il marchait aléatoirement entre les arbres. Des phallanges malfaisantes commençaient à s'étirer vers lui, prolongement cauchemardesque des branchages oblong.

À cet instant précis, il entendit un bruit différent. Il s'élança vers lui, faisant fi des risques et de la mort qui se tordait dans un atroce ballet. Alors il le vit... L'inconnu qui escomptait le surprendre descendit de son abri feuillu, évitant la charge fulgurante. Mais c'était sans compter l'agilité du rito qui pivota sur lui-même dans les airs, esquivant une potentielle. Avant même de retomber, il réussit à lancer sa pierre vers l'étranger.

« Argh... Bon sang qu'est-ce que tu... ? ! »

Scandalisé et indigné, l'étranger comprit que le piaf avait jeté ses dernières forces dans ce coup désespéré : le corps évanoui du rito s'était échoué près d'une falaise... Mais avant de s'endormir, il avait touché d'une pierre l'étranger.
Pourquoi avoir accepté la corvée de protéger un mioche ? Cet imbécile avait profité de la tentative du mercenaire de le sauver ce qui l'irritait bien plus que sa blessure, artificielle. Après s'être promis de se venger contre le piaf, l'étranger se prépara au combat. Quelques bêtes s'étaient réveillées dans les bois, prêtes à protéger leur territoire ; elles feraient des adversaires faibles sur qui passer ses nerfs !

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆
Quelques temps plus tard

« Pourquoi perdre ton temps et ton énergie ? Les êtres vivants construisent la vérité avec l'argile de leurs croyances. »

Ardolon se répétait cette réflexion encore et encore, comme s'il tentait d'en faire éclore toute la portée. Il avait pris des risques immenses cependant l'enseignement, en guise de récompense, lui avait été dispensé comme une pénible sentence. Une réprimande. Le rito s'imaginait peut-être quelque chose, mais il commençait à saisir son tortionnaire : le soi-disant mercenaire n'avait aucune parole en l'air. Alors celle-ci, dite sans réfléchir, était inscrite au plus profond de son esprit. Une tape sur la tête le rappela à la réalité : ils avaient atteint leur destination.
Les quelques habitations ne laissaient pas à Ardolon une quelconque impression. C'était un oasis de survivance, sanctuaire pour quelques temps.

« Merci de m'avoir aidée ! »

L'iris du piaf plongea dans la pupille pétillante de l'enfant. Ils l'avaient secourue... Non, il l'avait secourue seul, contre le souhait de son précepteur. Et à la lueur du bonheur qui animait le petit village, il ne regrettait pas son geste. Alors pourquoi avoir ordonné de l'ignorer ?

« Je vous en prie, je n'ai fait que mon devoir. »

Quelle indignité...

Lorsqu'ils se furent éloignés, Ardolon voulu engager la conversation... Mais un puissant coup d'estoc lui coupa la respiration ; un uppercut l'envoyer valser avant qu'il ne se resaisisse.

« Je ne te garde pas pour que tu questionnes mes ordres, brailla Glardÿn. »

Le piaf savait à quoi il s'exposait. Cela faisait des mois qu'il subissait régulièrement la fureur de son "mentor". Au début, il avait cru pouvoir le fuir. Mais en vain : Glardÿn retrouvait très vite sa trace, par une inexplicable sorcellerie. Et il lui faisait payer sa témérité, si cher... Par moments pourtant, l'homme semblait vouloir enseigner quelques savoirs : herboristerie, pistage, cuisine et cultures locales notamment. Mais aussi une sorte de philosophie individualiste, récusant l'existence de divinités sinon allégoriques. Ainsi que quelques techniques de combat.
Comme beaucoup des choses que faisait Glardÿn, sa générosité paraissait fausse. Mais à la moindre critique, il infligeait un traitement inhumain au piaf, souvent en le blessant grièvement, jusqu'à ce qu'il ait besoin de son aide. En particulier, une reconaissance  qui nécessitait des ailes. c'est pourquoi le rito le nommait "bipède" avec un mépris inavoué. Après tout, son état était proche d'une captivité pénible, quoique parfois pratique. La simple expression de son avis pouvait valoir à Ardolon une froide correction et à mesure qu'il subissait ces punitions, il perdait sans le savoir une part de son identité.

« Nous aurions obtenu plus de nourriture si la petite était morte ! Tu en prendras la responsabilité et chercheras de quoi compenser pour ce soir. »

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆
Encore quelques temps plus tard

Son cœur rata un battement. Le piaf, pétrifié, était face à celle qui l'avait sauvé jadis. Combien de vie cela faisait-t-il ? Avait-il beaucoup changé ? Cet Ardolon, si lointain, avait été faible... Pourtant il ressentait une envie si forte de revenir en arrière. Mais il ne pouvait pas revenir en arrière. Et derrière lui, son maître allait l'appeler dès qu'il aurait fini de savourer une banane. Devant lui se tenait celle qu'il n'avait jamais pu remercier. Il ne raterait pas cette opportunité, même si ses pensées dansaient à un rythme aussi vertigineux qu'impérieux.

L'assurance de la jeune rito lui avait fait un choc par le passé. Son indifférence à l'avoir sauvé avait dû la heurter. Il devait présenter ses excuses d'une façon ou d'une autre, alors il voulut l'aborder. Dès qu'elle lui demanda ce qu'il faisait ici, il répondit naïvement qu'il était mercenaire. Et cet instant fut plus marquant encore que le précédent : elle avait éclaté de rire en apprenant son sort.

« Pourquoi faire la sale travail de quelqu'un, alors que le ciel nous appartient ? »

Ardolon avait bredouillé qu'il cherchait un défi, qu'il prenait toute sorte de chasse comme un sport... En aucun cas n'osa-t-il avouer qu'il exécutait les ordres d'un bipède et une colère décuplée par la honte brûla dans ses yeux. Il ne s'était jamais senti autant humilié.

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆

« Comment ça, "je vous quitte" ? Tu me dois la vie, tu me dois tout ! Tu crois quand même pas t'en tirer comme ça ?
- Je ne vous dois rien, répondit Ardolon. Car je me souviens... J'ai fui le confort de ma famille car je refuse l'autorité, je refuse de me soumettre, et je n'ai aucun intérêt à... »

Glardÿn s'était élancé sur lui sans sommation. Mais Ardolon, bien habitué aux ruées de son taulier, était parvenu à l'éviter. Un combat à mort se profilait, il le savait. Car chaque jour, il lui avait suggéré avoir droit de vie ou de mort sur le piaf. Glardÿn lui avait inculqué qu'il n'avait aucun espoir, mais cette analyse, froide, céda bientôt à l'émotion débordante qu'il ressentait à nouveau.

« Tu ne peux pas me vaincre, cracha le bipède. T'es trop tendre.
- La main des miséricordieux tremble toujours... C'est ce que vous dites parfois.
- Oui... Tu n'as aucune chance.
- Je ne crois pas en la chance. Et vous ne devriez pas compter sur mes tremblements. Pas aujourd'hui ! »

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆

« Je ne crois pas en la chance. Et vous ne devriez pas compter sur mes tremblements. Pas aujourd'hui ! »


Un bruissement d'air traversa la frondaison des arbres, comme pris d'un frisson. L'ombre des témoins silencieux ne cachaient pas les yeux empreints d'indignation qui se posaient sur Ardolon. Des centaines d'agents de la nature l'encourageaient d'une révérente surveillance. Silence. Puis luisant d'une malice impossible, des lames trouvèrent un reflet qui tenta d'éblouir le piaf ; l'instant d'après, Glardÿn avait disparu - et ses lames avec lui. Il voulait assomer le jeune rito, comme il l'avait fait pendant des mois avant d'obtenir sa soumission. Non, il en avait fait... Son animal de compagnie.
À cette pensée sordide, Ardolon glatit avec férocité. Il ressentit, pulser dans ses entrailles, le sang qu'il avait fait couler maintes fois pour un scélérat, un lâche et un assassin. Il attaquait toujours par derrière, profitait de sa vitesse et de l'effet de surprise pour porter des estocades infaillibles. Alors à l'approche de la lame, la force irascible d'Ardolon accueillit son ennemi. L'impact fut si cinglant qu'aucun ne s'y attendait.
Glardÿn avait roulé sur lui-même en laissant une trace de sang sur son chemin. L'arcade sourcilière en miette, il saignait d'ailleurs abondamment et la douleur était telle qu'il lui semblait avoir perdu un œil. Ce n'était qu'une illusion et cependant qu'il s'en assura, la silhouette de son esclave se projetait déjà sur lui. Des griffes incisives lacéraient son estomac.

« Pitié, hurla Glardÿn entre d'autres cris moins virils, arrête ! »

Depuis sa position, Ardolon pouvait parfaitement prédire les initiatives de son ancien bourreau. Il le voyait déjà tirer une dague vers son crâne puis, profitant de l'esquive du piaf, il tâcherait d'en envoyer une seconde vers un point vital. Dans un rictus, l'homme à terre envoya effectivement sa première lame... Toutefois Ardolon décocha une flèche vibrante tout en esquivant l'arme de jet. Elle parvint à toucher le bras de Glardÿn juste avant sa deuxième attaque et la seconde dague retomba à quelques centimètres de son propriétaire, toute aussi pathétique que lui.

« Comment peux-tu... Comment peux-tu me faire ça après ce qu'on a fait ensemble ! Je t'ai tout appris, je...
- Tu m'as contraint à baisser la tête pendant bien trop longtemps !
- Je n'avais pas le choix ! Pour t'apprendre tout ce que je sais, il fallait que tu acceptes mon autorité. Mais je t'ai aussi protégé de...
- Silence ! On ne protège pas quelqu'un en essayant de le soumettre.
- Tu dois m'aider... C'est ton père qui m'a engagé... Il disait... Que je devais t'apprendre à te méfier... Du monde... »

Se méfier ? Une fulgurance frappa le jeune piaf comme si une évidence l'avait frappé de plein fouet. « Si tu baisses la tête, la tiare risque de choir. » Il s'en souvenait enfin... C'est ce que son père voulait dire. Il avait mis tant de temps à comprendre... Comment n'avait-il pas pu craindre que Glardyn fût un simple pantin ?
Non autrement qu'un reflux  de sensations perdues, son indignation lui permit de recouvrir son esprit depuis si longtemps dormant. Le chant des mésanges, l'haleine du muguet, les nuances de vie sempervirentes et la bise du zéphyr. Ainsi que son appétit si inconsidéré de liberté... Avec le poids du choix, tous son s'ouvrait à nouveau. Il lui paraissait renaître.

« Aide... Moi... »

[/justify]Quelques provisions tombèrent aux côtés de l'homme malmené. Des baies, un lapin ainsi que de petits animaux... c'était tout ce que les deux ex-collègues avaient sur eux et une quantité suffisante pour tenir encore une journée ou deux. Toutefois la nourriture était trop loin de Glardyn pour qu'il l'attrapât sans bouger et il saignait abondamment.[/justify]
« Tu méprises mon régime alimentaire car il ne te correspond pas et te voilà à me supplier de te l'offrir... Ta vie t'appartient, et tu as le droit de me poursuivre si tu survis... Mais ne crois pas que tu pourras me vaincre »

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆

« Depuis combien de temps est-ce que tu m'espionnes ? »

L'expression, la voix et l'attitude d'Ardolon n'avaient rien à voir avec celles dont elle avait pu se moquer la veille. Incapable de s'expliquer cette différence, autant que la facilité par laquelle elle avait été découverte, la jeune rito sortit de sa cachette.
Elle avait entendu le glatissement d'Ardolon et par un instinct étrange, avait senti un danger contre lui. Aurait-elle jamais pu avoir plus tort encore ? Le jeune piaf s'était démené avec une énergie à l'extrême opposé de l'apathie qu'il lui avait témoignée. Quelques plumes s'étaient empourprée pendant le duel mais l'assurance d'Ardolon flamboyait comme une aura.
C'était la deuxième fois qu'elle le voyait sous cet angle, après l'avoir observé il y a de si nombreuses années.

« Tu... T'as l'air énervé, quelque chose s'est mal passé ? »
Un cocktail d'émotions contraires l'oppressait. De son duel il ne tirait aucune superbe. Mais l'adrénaline qui l'accablait... Lui arrachait un sourire extatique. Presque pervers. Du moins l'aurait-il été si l'expression d'un bec pouvait l'indiquer ! Ses iris trahissait un vif plaisir dont la profondeur pouvait se confondre avec de la rancœur.
« Au contraire, je n'ai jamais été d'aussi bonne humeur.
- Oh... Tant mieux alors, répondit la jeune rito en détournant le regard vers les traces d'un combat récent...
- On dirait bien que cette fois, je n'ai pas eu besoin de toi.
- Hein ? Qu'est-ce que tu... Oh ! Je me souviens vaguement de toi. c'était toi que ma tribu avait aidée il y a six ou sept ans, pas vr...
- Pardon ? ! Combien tu dis ?
- Euh, les premières fraîcheurs arrivent alors je pense que ça fait presque sept ans maintenant... »

[/justify]Ardolon était abasourdi... S'il ne se trompait pas, cela faisait donc un tout petit peu plus de cinq années qu'il était dans la nature avec le fou qui lui servait de compagnon... Non, de tortionnaire. Cinq années pendant lesquelles il le forçait à porter leurs bagages, récolter les provisions, accepter l'aide de ceux qu'il leur arrivait de piller ensuite, la nuit tombée, sur les grands chemins. Cinq années pendant lesquelles il avait voyagé en affrontant quelques fois des adversaires à deux, ou en fuyant le plus souvent.
Le rito examina son corps, toujours endolori par les exercices que lui imposait son pseudo-mentor... C'est vrai qu'il avait grandi et que tous les obstacles avaient forgé des muscles dont il ignorait la puissance. À force d'être rabaissé, il s'était identifié à bien plus faible qu'il ne l'était. En y repensant, c'était sûrement pour ça que les paroles résonnaient si profondément dans son esprit : «
Pourquoi perdre ton temps et ton énergie ? Les êtres vivants construisent la vérité avec l'argile de leurs croyances. »[/justify]
« Qu'est-ce que tu vas faire maintenant ? Retrouver ta tribu ?
- Non, bien sûr que non, répondit Ardolon dans un petit sourire rempli de nostalgie et, peut-être, de colère.
- Alors que dirais-tu de faire un petit bout de chemin avec nous ? »

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆

Parvenu à arracher sa liberté au prix d'années de servitude, le rito a sillonné une partie du monde d'Hyrule avec deux compagnons : Valgor et Sparclige, dont vous pourrez lire la rencontre en cliquant sur leur nom (temps estimé de 3 et 6 minutes respectivement) .
Les tragiques vicissitudes de la fortune désunirent par la suite le trio de ritos, après une aventure qui marqua profondément Ardolon et que vous pouvez également consulter ici (temps estimé de 20 minutes au total).
Suite à celle-ci, il s'est pris d'une fascination pour une philosophie dont il n'a pas encore assimilé tous les détails. Il compte cependant approfondir cet enseignement puis le transmettre à son tour ; il possède pour ce faire un livre de voyage.

☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆;+;。・゚・。;+;☆


Ses compétences

Trappeur

Franc-tireur

A vivre sans cesse au grand air, ces vagabondes et ces vagabonds ont appris à tirer le gibier et leurs ennemis de loin. Pour ne jamais se retrouver à court de flèche, ou même d'aiguille pour quiconque préfère les sarbacanes, et à force de s'acharner, ils savent désormais fabriquer des projectiles efficaces à partir de chanvre, de lianes, de silex, de plumes et de bois. Souvent, ils sont aussi en mesure de réparer fortuitement un arc endommagé.
Copiste

Scribe

Si cet art s'est perdu depuis plus d'un siècle, certaines et certains continuent parfois à l'entretenir. Ces rares individus ne sont pas capable de lire les textes anciens, ou même ceux qui pré-datent le Fléau de quelques mois à peine. Pourtant, ils sont en mesure de lire et d'écrire au moins un des dialectes contemporains, lesquels ont nécessairement évolué depuis l'apocalypse. Le problème avec les écrits passés ne vient pas seulement d'un manque de vocabulaire ou d'un alphabet incompréhensible : tout a changé jusqu'à la syntaxe, la grammaire ou la façon même de construire ses phrases. Le soucis est d'autant plus profond que chaque tribu a, peu à peu, établit son propre standard en terme de langue...
Rito

Vol stationnaire

Tous les Rito savent voler. C'est une faculté qui leur vient jeune et qui fait partie des spécificités inhérente à leur race. Pour autant, ils sont nettement moins nombreux à pouvoir utiliser cette aptitude au combat. C'est précisément dans cette optique que celles et ceux amenés à combattre pour la tribu travaillent leur vol stationnaire, de façon à pouvoir utiliser un arc, une fronde, un javelot ou quelque armes que ce soit avec leurs serres. Sans ça, ils sont tout simplement incapables de mener le moindre combat armé depuis les cieux.

Son inventaire

Carnet de voyageur

Emprisonnées entre les plates mâchoires de cuir, s'empilent des dizaines et des dizaines de feuilles blanchâtres. Certaines sont salies par des symboles qui se répètent régulièrement et pourtant Ardolon en prend le plus grand soin. Il lui arrive aussi de l'observer longuement... À quoi peut-il alors bien penser ?
Le contenu de cet objet peut être consulté à ce lien.

Arc Korogu

D'apparence modeste, cet arc n'a pourtant rien d'une arme ordinaire. Son bois, aussi souple qu'il n'est solide, a été façonné par les esprits qui depuis toujours gardent la Forêt. On dit de celles et ceux qui arborent pareil outil qu'ils ont la bénédiction des Korogus.


Sa ligne du temps


Commentaires

Bonsoir Ardolon !

Cette fois-ci, la validation est acquise. Cependant, je me permets quelques remarques, dont une essentielle 

  • D'abord, je reviens sur le premier affrontement avec le mentor. Visiblement je n'ai pas su me faire comprendre la fois précédente : les monstres types morts-vivants (Stalfos, Stalkoblin, Stalmoblin, etc.) ne peuvent apparaître dans ton récit ou dans ton RP. Il en va de même pour des créatures comme les Effrois, les Lynels, les Gardiens, les Poigneur et d'une façon générale, tout ce qui sort de l'ordre du commun (à savoir, globalement, les bokoblins, tout type de prédateur apparenté à la faune comme peut l'être une hyène par exemple, ou des NPC issu des races jouables). Cette interdiction sera levée plus tard, quand sera publié le bestiaire qui détaillera toutes les règles relatives à ces monstres. C'est à dire notamment la façon de les tuer, les raisons pour lesquelles ils existent, le genre d'environnement... C'est un point essentiel et le seul qui pourrait poser problème pour la validation de ta fiche. Je te fais donc confiance pour le modifier rapidement ;)

Par ailleurs quelques questions et autres points nécessitant précisions mais qui ne posent pas d'obstacles réels à la validation :
  • Dans tes techniques de combats, tu évoques tes ailes "puissantes", capables de déséquilibrer tes ennemis et surtout de repousser de faibles projectiles. Comment ? S'agit-il de générer des bourrasques ? Si oui, cela se fait-il au sol ou en l'air ? Par ailleurs, il faut prendre en compte que les conséquences de cette technique seront laissées à la discrétion des dés ou des joueuses et des joueurs que tu affronteras :)
  • Petite précision sur la taille : Revali, qui est loin d'être le plus grand des Ritos, fait la même taille qu'Urbosa (laquelle est juchée sur des talons sur les artworks officiels). Les Ritos ne sont pas spécialement plus petits que les Gerudos... Il leur arrive même de les toiser considérablement, dépendamment de l'espèce dont ils tirent le plus de traits. Ils sont généralement plus petits, cependant, que les plus grands des Zoras ou les plus larges des Gorons. 
  • Lors du deuxième affrontement contre ton mentor, tu évoques des témoins dans les bois. S'agit-il des Kodamas ? Si oui, ne perd pas de vue qu'ils sont invisibles pour la quasi intégralité de la population. Certes, Link les voit, mais il est l'un des rares à le pouvoir et à savoir que leur existence ne relève pas du mythe. Actuellement, sur le forum, il est d'ailleurs probablement le seul à pouvoir interagir avec).
  • Tu parles de ton mentor comme d'un bipède... N'oublie pas qu'au sens strict, plusieurs oiseaux (et donc Rito ;)) le sont également. L'insulte pourrait se retourner contre certains des tiens, ce à quoi Ardolon pourrait ou non avoir pensé !
13/04/2020 22:55

Bienvenue à toi, Ardolon.

Accorde moi quelques remarques avant de valider ta fiche et t'ouvrir la voie des Landes. Il y a quelques points qui nécessitent encore d'être discutés.

  • Il serait pertinent, pour commencer, de détailler un peu plus la croyance du mentor d'Ardolon : tu dis qu'il est très critique à l'égard des trois Déesses. Desquelles s'agit-il ? Comme je l'ai déjà rappelé sur la fiche de Tesleen, Din, Farore et Nayru (de même qu'Oni, Hylia ou Majora, par exemple) sont aujourd'hui des figures (très largement) oubliées. Il n'existe plus de religion "officielle" ou universelle partagée par tous. Ce qui n'empêche évidemment pas de vouloir répandre sa propre croyance, bien entendu, mais il faut bien prendre en compte le contexte dans lequel évoluent les personnages. Naturellement, certains (notamment du côté des Zoras et des Sheikahs) peuvent encore connaître ces anciennes déités (ce qui ne signifie de toute façon pas leur vouer mécaniquement un culte), mais ils restent dans tous les cas une infinie minorité qui n'a rien de représentatif de la population globale des Landes.
  • Permet moi aussi de revenir sur le statut de criminel dont se revendique Ardolon : il peut tout à fait se croire hors-la-loi, si le territoire duquel il vient applique ce type de cadre juridique. Pour autant, il est bon pour toi de conserver à l'esprit qu'il n'existe plus non plus d'ordre légal sur le restes des Landes. Certaines tribus réagissent différemment d'autres, mais il n'y a plus de code général que tout le monde se devrait de respecter. Globalement, c'est un monde où s'applique la survie du plus apte.
  • Autre point, dont tu ne pouvais pas être informé : dans l'immédiat on évite toutes les créatures de l'ordre du surnaturel, au moins jusqu'à l'arrivée du bestiaire. Tu ne peux donc pas utiliser de Stalkoblins dans ton histoire. Désolé  (Ils seront débloqués quand tout le monde aura la même vision de ce type de mobs)
  • Pour finir : là encore ça n'était pas précisé, mais les Rito ont mécaniquement une ossature creuse, plus légère que celle d'un Hylien, de sorte à pouvoir voler. Ils sont donc plus susceptibles de se blesser en frappant à main nue. Après tout... Ce sont des plumes, pas des poings. L'essentiel de leurs armes naturelles, ce sont leurs serres, qui peuvent s'avérer très dangereuses. Ils peuvent manier des armes traditionnelles de leurs mains, comme des lances, mais seulement au sol (il faut battre des ailes pour voler !).

Il n'y a pas grand chose à reprendre, et si tu as la moindre question n'hésite pas !

D'ici là, bon courage et à bientôt en jeu :)
09/03/2020 19:19
Bienvenue à ce brave Rito qu'est Ardolon du coup. o/
Un personnage sympathique, j'ai hâte de voir ce que tu vas en faire en RP ! L'histoire est somme toute classique mais efficace - ceci étant, shame on me car je n'ai pas eu la foi de lire les annexes, mais j'estime que j'en sais suffisamment avec tout le reste du contenu. 

Au plaisir de croiser ton personnage à l'occasion 
11/03/2020 08:51
Bienvenue à Ardolon le Rito ! On manque un peu de joueurs & joueuses du côté d'Hébra, j'espère du coup que tu auras l'occasion de commencer à RP d'ici peu Le design de ton personnage est vraiment chouette, j'ai hâte de voir ce qu'il deviendra au fil des RP aussi !
11/03/2020 16:40
Bonsoir Ardolon !

Cette fois-ci, la validation est acquise. Cependant, je me permets quelques remarques, dont une essentielle 

  • D'abord, je reviens sur le premier affrontement avec le mentor. Visiblement je n'ai pas su me faire comprendre la fois précédente : les monstres types morts-vivants (Stalfos, Stalkoblin, Stalmoblin, etc.) ne peuvent apparaître dans ton récit ou dans ton RP. Il en va de même pour des créatures comme les Effrois, les Lynels, les Gardiens, les Poigneur et d'une façon générale, tout ce qui sort de l'ordre du commun (à savoir, globalement, les bokoblins, tout type de prédateur apparenté à la faune comme peut l'être une hyène par exemple, ou des NPC issu des races jouables). Cette interdiction sera levée plus tard, quand sera publié le bestiaire qui détaillera toutes les règles relatives à ces monstres. C'est à dire notamment la façon de les tuer, les raisons pour lesquelles ils existent, le genre d'environnement... C'est un point essentiel et le seul qui pourrait poser problème pour la validation de ta fiche. Je te fais donc confiance pour le modifier rapidement ;)

Par ailleurs quelques questions et autres points nécessitant précisions mais qui ne posent pas d'obstacles réels à la validation :
  • Dans tes techniques de combats, tu évoques tes ailes "puissantes", capables de déséquilibrer tes ennemis et surtout de repousser de faibles projectiles. Comment ? S'agit-il de générer des bourrasques ? Si oui, cela se fait-il au sol ou en l'air ? Par ailleurs, il faut prendre en compte que les conséquences de cette technique seront laissées à la discrétion des dés ou des joueuses et des joueurs que tu affronteras :)
  • Petite précision sur la taille : Revali, qui est loin d'être le plus grand des Ritos, fait la même taille qu'Urbosa (laquelle est juchée sur des talons sur les artworks officiels). Les Ritos ne sont pas spécialement plus petits que les Gerudos... Il leur arrive même de les toiser considérablement, dépendamment de l'espèce dont ils tirent le plus de traits. Ils sont généralement plus petits, cependant, que les plus grands des Zoras ou les plus larges des Gorons. 
  • Lors du deuxième affrontement contre ton mentor, tu évoques des témoins dans les bois. S'agit-il des Kodamas ? Si oui, ne perd pas de vue qu'ils sont invisibles pour la quasi intégralité de la population. Certes, Link les voit, mais il est l'un des rares à le pouvoir et à savoir que leur existence ne relève pas du mythe. Actuellement, sur le forum, il est d'ailleurs probablement le seul à pouvoir interagir avec).
  • Tu parles de ton mentor comme d'un bipède... N'oublie pas qu'au sens strict, plusieurs oiseaux (et donc Rito ;)) le sont également. L'insulte pourrait se retourner contre certains des tiens, ce à quoi Ardolon pourrait ou non avoir pensé !
13/04/2020 22:55
Avant tout, merci beaucoup Haya et Célyse d'être passé pour me redonner courage :D . Même si je vous ai répondu sur Discord, je voulais vous remercier ici et j'ai d'ailleurs pris en compte la lourdeur que représentaient les annexes sur une présentation supposée être succincte.

Je vais modifier la partie où mon personnage se fait prendre en embuscade, dès le début de son errance. Toutes les "menaces" ne seront que le fruit de son imagination, ce qui est bien normal lorsque l'on est au seuil du sommeil.
Le deuxième affrontement est en quelque sorte un miroir du premier mais au lieu de craindre l'environnement, il y voit un encouragement car il sait que les animaux, dans la nature, ne sont pas aussi vicieux que... son mentor. Outre des animaux inoffensifs, il n'y a rien d'autre ; je devrais peut-être préciser ça d'une façon ou d'une autre.

Et bien sûr, Ardolon sait qu'il est tout autant un bipède que son geôlier mais dans son esprit immature, ça sonne suffisamment comme une insulte et en même temps pas assez pour être réprimandé.
Cette information aussi gagnerait à être clarifiée alors je vais également la glisser quelque part ; merci beaucoup pour ces retours ainsi que pour la validation :) !
14/04/2020 03:13
Pauvre Ardolon, il en a traverser des obstacles. Je suis contente pour lui qu'il ai fini par retrouver sa liberté et je lui souhaite bien des aventures !
Au plaisir de le croiser en jeu
15/08/2020 12:41
Merci pour ton message ! Même si j'ai essayé de le rendre intéressant, n'hésite pas, s'il y a la moindre chose dans le récit qui pourrait être améliorée, à m'en parler sur Discord :) .

Je pense également que ça lui fera un choc (bienvenu) lorsqu'il rencontrera une personnalité aussi enthousiaste et authentique que Béryl !
17/08/2020 23:14
Un guerrier aussi féroce dans la nature, ce n'est rien d'autre qu'une menace qu'il vaut mieux garder à l’œil.

Tu as une belle syntaxe et un joli vocabulaire, ça parfait le tableau
17/08/2020 23:18