Hyrule's Journey

Les Vents du passé souffle sur les voiles du destin.

Tourne ton regard vers demain.

Fin de l'automne - 3 mois 3 semaines 4 jours après (voir la timeline)

Playru Point

Inventaire

  • Les larmes
Un nouveau jour se lève sur Elimith. Les premier rayon de Soleil illumine les feuilles tombante poussé par le vent qui se lève. Les oiseau se mettent a chanté. Quelques cheminé commence a être chauffé pour accueillir du pain. Une Belle journée commence à Elimith.

Playru dormais tranquillement sur le lit, il n'avait pas dormi comme ça depuis des années. Il semblais apaisé, tout allé bien jusqu'à ce que l'aubergiste lui versa un sceau d'eau glacé en pleine tête. Le choc fit quitté le zora de sa paix intérieur provisoire.

"Debout la poiscaille. T'es pas un client ne l'oublie pas. Je t’héberge uniquement car tu a promis de travailler pour moi, ne l'oublie pas. Primo, prend ton ptit dej' vue comment tu es maigre et faiblard tu ne me seras d'aucune utilité si tu n'es pas apte à travailler, ça fait déjà deux jour que tu es en convalescence et que tu fout rien a part manger et occupé une chambre."

Le Zora se leva avec vitesse plus surpris par le choc que par les réprimande de son patron.

"Oui monsieur, Bonjour, dites mois qu'elle sont les taches que je doit effectue après le petit déjeuné."
Un sourire caché apparus au coins des lèvres de l'aubergiste apprécient la volonté de travaillé et le rétablissement rapide de son employé.
"Après le ptit dej' vas dans chaque chambre non occupé et récupère le linge de chambre, met les à laver; ensuite sceau, balais, serpillère, tu lave les sols. ensuite cuisine, corvée de patates. et ce seras tout pour le matin. Des question?"
"Négatif, je m'y met tout de suite." Le zora était déjà près a partir, les larmes à la main. Quand l'aubergiste se mit en travers du chemin, il regarda Playru dans les yeux. "C'est bon... j'ai bien compris... Je vais manger."
Peut de temps après le repas, le Zora se mit au travaille au travaille. Playru préparas une marmite d'eau chaude avant de prendre chacun des drap, des housse et tête d'oreiller de chacune des chambre non occupé par des client et les mis dans un grand baque, Il pris une solution cendré qu'il avait préparé la veille s'attendant à faire le ménage une fois qu'il serais rétablie, le secoua puis en versa le contenue dans le baque avant de verser l'eau a l'intérieure. Le zora pris un grand bâton avant de commencer à mélangé le tout avec des mouvement bien précis. toute les mères du villages regardèrent avec curiosité la façon dont le Zora faisait sa lessive. Une fois ses amples mouvement fini, il pris une seconde bassine d'eau claire et frotta le linge affin de le rincer. pendant cette seconde phase Playru semblais ailleur, son regard plongé dans le vide agissant de façon presque automatique, il n'avait même pas remarqué qu'il était observé par quelques femmes du village. Une fois fini il se mit a étendre le linge. "Hum... Avec le temps d'aujourd'hui c'est pille ou face. soit le vent vas faire que le linge sèche plus vite soit il vas pleuvoir." en se retournant il pus apercevoir quelque femme l’observé avant de reprendre leurs activité comme si rien ne s'était passé. Puis soudainement un grand coup de vent souffla, quelques draps s'agita sur le coups laissant au zora entrapercevoir une silhouette familière. "Zoé?" Playru se déplaça dans cette forêt de drap aussi rapidement qu'il pouvais mais à la place de se retrouvé face a quelqu'un, il se trouva face au décors personne à l'horizon... "J'ai du rêvé." se disait-il.
Le nettoyage des sol se passa sans encombre, la seule chose qui inquiétas l'aubergiste était le fait que depuis le petit déjeuné Playru n'a pas pris de pose ne serai se que pour s’hydrater mais au moins une chose est sur s'est que malgré son corps ce zora sait se rendre utile, mais à quel prix? La mi-journée approcha et le Zora n'a cessé de travailler hardiment sans pour autant faire de pause. Quand Playru arrivas dans la cuisine l'aubergiste l'arrêtas. "Hey, tout doux. Tu peut t'arrêter là pour la journée, tu en a assez fait."
"Ai-je fait quelque chose de mal?"
"Non, non. Mais regarde, le sol brille, le linge parait neufs, tu as même changer les drap avant que je ne te le demande. Jje n'ai jamais vue quelqu'un bosser comme toi. Je ne t'ai pas vue prendre de pause, dit-moi, t'en a pris?"
"Négatif, Je ne prends jamais de pose être père demande tellement d’effort."
"Être père mais qu'est-ce que tu me raconte? écoute moi là tu a vraiment besoins d'une pause, tu commence à déliré, t'as bue? bah bois,bois plein d'eau, t'es un Zora bon sang de bon soir, l'eau c'est important."
L'aubergiste force Playru à s'assoir et pose quelque pichet remplis d'eau et un gobelet avant de partir tout en marmonnant dans sa barbe vers la cuisine Laissant Playru seul dans l'auberge avant l'arrivé de clients de midi.


Playru Point

Inventaire

  • Les larmes
Playru ne savais quoi faire, lui qui d'habitude passe son temps soit a voyager soit à aider son prochain se retrouve a avoir une demi-journée de libre. Face a lui, un gobelet et de l'eau, les paroles de son patron lui raisonnais encore en tête. Cela faisait combien de temps qu'il se néglige, toujours à aider les autres sans jamais pensé a lui? Il pris un récipient remplis d'eau et versa un peut de son contenue dans le gobelet. Pendant quelques instant il observa son reflet dans le gobelet. L'image qu'il vit fut celui d'un Zora triste, et en mauvaise état.

"Qu'est ce que je suis devenu?... Ai-je toujours était comme ça?"

Une personne arriva dans le reflet du Zora en même temps que des rire d'enfant. Playru se retourna mais personne. Playru était la seul personne dans la pièce.

"Le patron a surement raison, je commence à perdre la tête."

Playru se mis à boire d'un coup sec le contenue du gobelet avant de le remplir à nouveau. Les rire d'enfants ne cessèrent pourtant point. Après quelques verres, le zora compris que les voix qu'il entendais n'étaient point dans sa tête, mais à l'extérieur du bâtiment. des enfants étaient entrain de joué à l'extérieur malgré le temps quelque peut capricieux de l'automne, Playru les regarda joué tout en continuant de boire jusqu'à l'arrivé de l'aubergiste.
"Alors, tu vois ça fait du bien de faire une pause. Je ne suis pas médecin, mais je sais quand même des chose sur la vie. Aller à table Je nous ai fait des pomme de terre à la poêle accompagné d'un steak, j'espère que sa te rempliras la panse."

Pendant le repas, Playru continua a lancer quelques regard vers les enfant, il sentais comme si quelque chose lui revenais, Quelque chose qu'il a perdus dans le passé. "Donc en fait c'est quoi ton histoire? c'est vrais quoi, ça fait quelque jours que tu vie ici et à part ton nom je ne connais rien de toi. Pour quel raison est-tu venu ici?"
"J'ai l'habitude de voyager complètement au hasard, mais je suis déjà passé par ici il y a fort longtemps. J'avais rencontré..." Playru levas les yeux un bref instant et eux le temps d'apercevoir le vent poussé une feuille trappé sous le pied d'un des enfant. Il compris assez vite ce qui aller ce passé durant les les prochaines secondes. Et ce devais arrivé arrivas. Le petit garçon qui marcha sur la feuille glissa avant de tombé et de défiler la pente. une fois sa chute fini, le pauvre petit enfant se mis à pleuré. Playru sortis immédiatement de l'auberge et se mis en direction de l’enfant afin de lui venir en aide.

Heureusement, plus de peur que de mal, mis à part quelques hématome et des égratignure le jeune garçon n'avait rien de mal, rien que le zona ne pouvais soigné avec les quelques herbes qu'il avait en poche. Il pris une voie calme et rassurante tel un père qui parlerais à son enfant si cette situation arriverais

"Hey... tout doux mon petit. C'est pas une petite chute de rien qui vas mettre hors jeu un petit champion comme toi ?"
"Snif... Non" Le petit garçon arrêtas peut à peut de pleuré
"Tu as mal où?" Le zora savais déjà la raiponce mais établi une liaison de confiance avec son patient afin d’atténué les douleurs
"Là... snif" le petit garçon montra son genoux qui saignais un tout petit peux.
"Je vais t'apprendre un petit truc pour faire disparaitre la douleur d'accors?" Le petit garçon, sans dire un mot répondit par l'affirmation.
"Il faudra que tu mette ta main là où ça fait mal et que tu dise : Vilain bobo, vilain bobo, t'es pas beau vilain bobo. Tu est près?"
"O... Oui" Playru pris un lingue propre et y fautas un peut de plantes dessus afin de l'imbibé de désinfectant et de le posé sur la blessure.
"A... Aïe... ça pique."
"La formule magique tu n'as pas oublié?" Le petit garçon mis ses main sur le linge et Playru posa les siennes sur les main du petit garçon.
"Vilain bobo, Vilain bobo, t'es pas beau vilain bobo." en même temps "Vilain bobo, Vilain bobo, t'es pas beau vilain bobo."
"Tu as encore mal?" dit-il avec un grand sourire.
"Non, J'ai plus mal, vilain bobo est-il parti?"
"Voyons ça ensemble" Le zora retiras le linge, la blessure ne saignais plus. "Et bien on dirais que le vilain bobo est partie. Je vais quand même te faire un pansement pour évité que vilain bobo revienne. Aller petit vas voir ta maman, elle dois se faire un sang d'encre pour son petit champion."

Après avoir appliquer le pansement, le petit garçon repartis voir sa mère tendis que Playru observas la scène des retrouvaille avec un sentiment de nostalgie.